Deux ans fermes pour le chauffard fumeur de cannabis

36 mois d'emprisonnement, dont 24 fermes : la sanction infligée mercredi à Stéphane Drogba, qui comparaissait pour avoir tué une fillette en conduisant sous l'emprise de cannabis, est un peu en-deçà des réquisitions du procureur. Celui-ci avait réclamé dans l'après-midi, devant la 14ème chambre du tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis), une peine de trois ans de prison ferme à l'encontre du chauffard responsable de la mort d'une fillette de 9 ans, le 15 mai dernier. Le ministère public avait également demandé l'annulation du permis de conduire de Stéphane Drogba, ainsi que des peines d'amendes.

"Nous nous trouvons face à un conducteur qui roulait à grande vitesse, à bord d'une voiture non assurée, sur une voie de bus, sans s'arrêter au feu rouge, et qui a fauché et tué une fillette. Les mots qui qualifient ce comportement sont la bêtise, l'insouciance, la suffisance et le mépris total de la loi", avait déclaré le procureur. Le prévenu, qui n'a pas présenté d'excuses à la famille, a tenu des propos confus et n'a pas expliqué sa tentative de fuite. "Je ne pourrai jamais avoir le pardon de la famille", a-t-il déclaré.

"Comportement meurtrier"

Stéphane Drogba, âgé de 25 ans, était accusé d'homicide involontaire, d'usage de stupéfiants et de circulation sans assurance. La Ligue contre la violence routière s'était constituée partie civile dans ce procès. Le 15 mai dernier, le chauffard, qui avait à bord de sa 205 GTI trois passagers, avait voulu, selon Christine Weil, membre de la Ligue, doubler une file de voitures arrêtées à un feu de Stains. "Il a doublé par la droite, en roulant dans un couloir de bus", relatait Mme Weil. La fillette, qui tenait sa petite soeur par la main, suivie par sa mère qui tenait un bébé dans ses bras, "a été fauchée à ce moment-là", sur le trottoir. Le chauffard aurait alors tenté de s'enfuir mais perdu la maîtrise de son véhicule. Les trois passagers avaient pris la fuite, tandis que des passants immobilisaient le conducteur.

"Le plus choquant, dénonçait Christine Weil avant l'audience, c'est que cet homme a lui-même un bébé de neuf mois et qu'il y avait un siège pour bébé dans sa voiture". Et l'association d'affirmer : "Winda n'est pas morte d'un accident mais d'un comportement meurtrier délibéré. Nous savons que ce monsieur avait déjà commis des infractions et blessé au volant de son véhicule. Aucune sanction ne l'avait dissuadé de se mettre hors la loi".


tf1.lci.fr 2005


LIVRES DE PREVENTION :










depuis 2002...
© Kinouprod.com // contact
RĂ©alisation pessah.net